Patrimòni, qu’es aquò ?

Patrimòni c’est : Des articles réalisés par des spécialistes, sur l’ensemble des patrimoines : l’histoire, l’architecture, la flore, la faune, la langue occitane… 36 pages en couleur, avec de nombreuses photos. En vente tous les 2 mois, dans tous les kiosques de l’Aveyron (7,50 € le n°) ou par abonnement. Patrimòni, créé le 1° mars …

Les granges des abbayes cisterciennes du Rouergue

L’ordre cistercien, voulant revenir à une application plus stricte de la règle de saint Benoît, en opposition à l’enrichissement incarné par Cluny et ses prieurés chez les Bénédictins, adopte des statuts, approuvés en 1119.
L’article XV de la Charte de charité mentionne en particulier les règles concernant la vie matérielle : « Les moines de notre Ordre doivent tirer leur subsistance du travail de leurs mains, de la culture des terres et de l’élevage des troupeaux. Dès lors, il nous est permis de posséder, pour notre usage personnel, des étangs, des forêts, des vignes, des pâturages, des terrains écartés des habitations séculières, et des animaux, excepté ceux qui, d’ordinaire, excitent la curiosité et étalent la vanité plus qu’ils n’apportent d’utilité, tels que cerfs, grues et autres animaux de ce genre. Pour exploiter, entretenir et maintenir tout cela en état, nous pouvons avoir, à proximité du monastère ou au loin, des granges qui seront surveillées et administrées par les convers ».
C’est ainsi que les abbayes cisterciennes vont développer de grands domaines agricoles appelés granges, qui deviendront la base de la prospérité de l’ordre. La plus ancienne grange cistercienne est celle de Saule, près de Cîteaux, fondée vers 1115.
L’établissement d’une grange résultait de l’importance des biens cédés par les protecteurs des abbayes.

Les Petits Causses aveyronnais (Causse Comtal, Causse de Sévérac)

2e partie : leur drainage par l’Aveyron, Le Lot, le Dourdou
Texte, photos et schémas (sauf mention contraire) : René Mignon, AST Bozouls
L’Aveyron
Actuellement, la rivière prend sa source près de Sévérac-le-Château, à la limite des Causses du Massegros et de Sévérac, au-dessus des marnes toarciennes imperméables qui forment le plancher de la nappe aquifère des calcaires et dolomies du Bajocien.
Cette source est une résurgence de pertes qui se situent à Novis, à 5 km au Sud, dans une dépression fermée. Ces pertes marquent le prolongement de la faille des Palanges (F3 de la figure 1) et alimentent un réseau karstique qui débouche en partie aux sources de l’Aveyron.

n°25

pages Titre 3-4-5-6-7 • Mares et lavognes, patrimoines oubliés, réservoirs de biodiversité. 8-9 • Orchidées précoces dans le Sud-Aveyron. 10-11-12-13 • Drôles de champignons (3) : Morilles et autres Ascomycètes. 14-15 • Les Bourines 16-17-18 • Conques, les chapiteaux de la sacristie. 19 • Châteaux médiévaux en Aveyron, la passion du patrimoine. 20-21-22-23-24-25 • Le …

n°24

pages Titre 3-4-5 • Cabanes de pierre sèche : caselles, gariotes et autre petit patrimoine des champs (fin). 6-7-8-9 • Les très vieux arbres aveyronnais : un patrimoine à conserver. 10-11 • Les montées de granges du Causse Comtal. 10-11-12-13 • Cabanes en pierre sèches : caselles, gariotes et autre petit patimoine des champs. 12-13-14-15 • …

n°6

pages Titre 3 • L’hiver et les insectes 4 • Les refuges L.P.O. : favoriser la biodiversité 5 • Les champignons d’hiver 6-7 • Un paléontologue aveyronnais peu connu : Joseph MONESTIER 8-9 • Les vitraux des églises de Villefranche-de-Rouergue 10-11 • Les martinets du Lézert : Histoire d’une renaissance 12-13 • La biodiversité : le passé et l’avenir …