Patrimòni, qu’es aquò ?

Patrimòni c’est : Des articles réalisés par des spécialistes, sur l’ensemble des patrimoines : l’histoire, l’architecture, la flore, la faune, la langue occitane… 36 pages en couleur, avec de nombreuses photos. En vente tous les 2 mois, dans tous les kiosques de l’Aveyron (7,50 € le n°) ou par abonnement. Patrimòni, créé le 1° mars …

Couvreur Lauzier,
un métier d’avenir, un métier patrimonial, un métier passion

Texte : association Artisans Lauziers Couvreurs Une lauze (ou lave en Bourgogne) est une pierre plate de calcaire, de schiste, de phonolithe, de gneiss dont la surface est très importante par rapport à l’épaisseur, obtenue par clivage manuel et utilisée principalement pour les toitures. Ce matériau hétérogène se caractérise par sa forme et son épaisseur irrégulières, …

« Ail, Ail, Ail ! »
ou coup d’œil sur les aulx (ails) sauvages de l’Aveyron… et d’ailleurs d’après leur inflorescence

Texte et photos (sauf mention contraire) : Christian Bernard Autrefois classés dans la famille des Liliacées, les ails (genre botanique Allium), sont aujourd’hui classés dans la famille des Amaryllidacées, incluant les Alliacées.La Flore de France compte une quarantaine d’espèces d’ails sauvages ou cultivés ; l’Aveyron en compte près d’une vingtaine.Les plus connus sont les Allium cultivés …

Aperçu sur les aquifères souterrains
de l’Aveyron

Texte schémas et photos (sauf mention contraire) : Henri Salvayre Ces dernières années la notion de “masse d’eau” s’est insérée dans le vocabulaire des hydrogéologues et des administrations chargées d’identifier et de quantifier les ressources en eau dans le but de les exploiter et de les gérer. Une nappe d’eau souterraine est l’eau contenue dans les interstices …

Les granges des abbayes cisterciennes du Rouergue

L’ordre cistercien, voulant revenir à une application plus stricte de la règle de saint Benoît, en opposition à l’enrichissement incarné par Cluny et ses prieurés chez les Bénédictins, adopte des statuts, approuvés en 1119.
L’article XV de la Charte de charité mentionne en particulier les règles concernant la vie matérielle : « Les moines de notre Ordre doivent tirer leur subsistance du travail de leurs mains, de la culture des terres et de l’élevage des troupeaux. Dès lors, il nous est permis de posséder, pour notre usage personnel, des étangs, des forêts, des vignes, des pâturages, des terrains écartés des habitations séculières, et des animaux, excepté ceux qui, d’ordinaire, excitent la curiosité et étalent la vanité plus qu’ils n’apportent d’utilité, tels que cerfs, grues et autres animaux de ce genre. Pour exploiter, entretenir et maintenir tout cela en état, nous pouvons avoir, à proximité du monastère ou au loin, des granges qui seront surveillées et administrées par les convers ».
C’est ainsi que les abbayes cisterciennes vont développer de grands domaines agricoles appelés granges, qui deviendront la base de la prospérité de l’ordre. La plus ancienne grange cistercienne est celle de Saule, près de Cîteaux, fondée vers 1115.
L’établissement d’une grange résultait de l’importance des biens cédés par les protecteurs des abbayes.

Les Petits Causses aveyronnais (Causse Comtal, Causse de Sévérac)

2e partie : leur drainage par l’Aveyron, Le Lot, le Dourdou
Texte, photos et schémas (sauf mention contraire) : René Mignon, AST Bozouls
L’Aveyron
Actuellement, la rivière prend sa source près de Sévérac-le-Château, à la limite des Causses du Massegros et de Sévérac, au-dessus des marnes toarciennes imperméables qui forment le plancher de la nappe aquifère des calcaires et dolomies du Bajocien.
Cette source est une résurgence de pertes qui se situent à Novis, à 5 km au Sud, dans une dépression fermée. Ces pertes marquent le prolongement de la faille des Palanges (F3 de la figure 1) et alimentent un réseau karstique qui débouche en partie aux sources de l’Aveyron.